La soif de reconnaissance : Qu’est-ce que c’est ?

par Magali Giraud avec la participation de Benoit Bernheim

Se constituer une réserve de signes de reconnaissance.

Vous rappelez-vous la dernière fois que l’on vous a pris (e) en photo ?

Vous avait-on demandé de « poser » ou était-ce un shooting impromptu ?
Aviez-vous ressenti un léger stress car vous étiez en train de fermer les yeux pendant la prise, ce qui a pu vous faire penser que vous ne seriez pas mis en valeur une fois la photo tirée ?
Etes-vous mal à l’aise lorsque l’on vous montre des photos de vous, car vous ne vous trouvez pas beau (belle) ?

Vous demandez-vous, lorsque vous regardez des profils Instagram, pour quelles raisons les individus ont un besoin presque viscéral de se montrer ?

Sachez qu’il existe un point commun entre les personnes qui n’aiment pas qu’on les prenne en photo d’une part, et les stars d’Instagram qui récoltent des milliers d’abonnés grâce à leur photogénie d’autre part : la soif de reconnaissance.

Ce terme, un peu technique, a été forgé par l’américain Eric Berne, qui a créé dans les années 1960 l’analyse transactionnelle, une discipline centrée sur la structure de la personnalité et la communication.
La soif de reconnaissance est présente dès la toute petite enfance chez l’être humain ; elle s’exprime à cet âge sous la forme d’un besoin de stimulation, par lequel l’enfant cherche à être regardé, touché et embrassé.

Cette soif (ou besoin) de reconnaissance se poursuit après la petite enfance et tout au long de la vie, et se traduit par la recherche de signes de reconnaissance :

  • ces signes sont verbaux ou non verbaux, positifs ou négatifs, et portent sur la personne en tant que telle, ou sur les actes que cette personne réalise.
  • ainsi, dire « je t’aime » est un signe de reconnaissance verbal positif, qui porte sur l’être de la personne.
  • à l’inverse, la phrase « tu es vraiment mal coiffé » est un signe de reconnaissance verbal négatif, qui porte sur la façon de s’apprêter de la personne, et non sur son être.

Pour l’être humain, il est important de faire une réserve de signes de reconnaissance tout au long de sa vie, car cela lui permet de se sentir exister aux yeux des autres.

Comment se constituer sa réserve, et si possible, de signes positifs plutôt que négatifs ?

  • en donnant des signes positifs aux autres, et en ne leur faisant que des remarques négatives constructives. Ainsi, ils seront plus enclins à vous donner des signes de reconnaissance positifs.
  • en les acceptant, simplement en disant “merci” aux signes positifs, ou en écoutant les signes négatifs pour mieux comprendre l’image que vous pouvez renvoyer aux autres.
  • en les demandant, par exemple en questionnant vos proches sur ce qu’ils apprécient chez vous.
  • en les refusant ; ainsi, prenez du recul face aux signes négatifs non constructifs, notamment ceux qui portent sur votre être, et rejetez les signes positifs “en toc”, c’est-à-dire ceux qui ne sont formulés que pour vous flatter.
  • En vous donnant des signes positifs à vous-même, par exemple en vous félicitant chaque jour pour trois réussites, même minimes, que vous avez accomplies. Enfin, si vous n’êtes pas satisfait de vous-même, faites-vous des critiques constructives, qui vous font avancer et qui portent sur des actes et non sur votre être.

Un exemple pour se constituer sa réserve : faire un shooting photo

Si vous avez peur d’être pris (e) en photo, il y a fort à parier que vous craignez de recevoir des signes de reconnaissance négatifs une fois la photo tirée, qu’ils viennent de vous (« que je suis moche ! ») ou des autres (« tu as vraiment une tête bizarre sur cette photo »). Les personnes qui, au contraire, aiment s’exhiber sur Instagram, connaissent leur potentiel photogénique et se nourrissent des signes de reconnaissance positifs de leurs milliers d’abonnés (« tu es vraiment une belle femme », ou encore « tu es un canon »), satisfaisant ainsi leur soif de reconnaissance
et remplissant leur réserve en permanence.


Un coaching sous forme de shooting photo comme le propose Benoît, permet aux personnes qui ressentent un besoin de signes positifs de nourrir leur soif de reconnaissance, en acceptant les paroles encourageantes de la part du photographe d’une part, et en se donnant à
eux-mêmes des signes de reconnaissance positifs en s’appuyant sur des photographies qui, faites par un vrai professionnel, mettent en avant leurs qualités comme sur cet exemple fait avec une personne qui souhaitait se créer une première galerie comme une pro.

Une démarche de vie avec un coach

En tant que coach de vie, je peux vous accompagner dans la création d’une réserve de signes de reconnaissance positifs, qu’ils viennent de vous-même ou des autres. Pour en savoir davantage, vous pouvez me retrouver sur le site de MyPrivateCoachApp ici ou sur mon site en cliquant sur ce lien.

Pour trouver le bon coach, n’hésitez pas à télécharger notre application MyPrivateCoach sur l’AppStore et Google Play.